StrasTV.com, le web média au coeur des Strasbourgeois
Retrouvez nous sur  

Ad Words




Le procès de "l'étrangleur de la Robertsau"


 
Accusé d'être "l'étrangleur de la Robertsau" qui terrifiait Strasbourg au milieu des années 1980, Nicolas Charbonnier est jugé à partir de ce jeudi devant la cour d'assises du Bas-Rhin. Il doit répondre de deux crimes à caractère sexuel, l'un sur une fillette violée, l'autre sur une étudiante tuée.
Les moments clés de l'affaire
 
Au fil des mois qui avaient suivi les agressions, un homme prétextant être l’auteur de l’agression avait multiplié les provocations, allant jusqu’à narguer par téléphone la famille de la fillette violée quai Zorn. Un appel avait alors été enregistré par la police. « Allo, est-ce que votre fille va bien, celle que j’ai violé la dernière fois…, lâchait l’homme sur un ton aussi ironique que glaçant. Elle va bien, elle s’est bien remise ? » A la question du père, « comment-vous appelez-vous ? », l’individu avait répondu froidement « Zorro ». A « vous habitez Strasbourg ? », il rétorquait un sinistre « vous êtes de la police ? Allez, salut »,


 
Puis plus rien durant 27 ans. Plus aucune trace de l’étrangleur de la Robertsau jusqu’au début de lannée 2013. C’est à force de persévérance que la police a réussi à trouver des correspondances entre des empreintes palmaires découvertes sur les scènes des faits strasbourgeois et d’autres relevés lors de petits vols dans des commerces de Gironde. Elles correspondaient toutes à Nicolas Charbonnier. Interpellé dans le sud le 21 janvier 2013 puis transféré quatre jours plus tard à Strasbourg, le suspect avait, dans un premier temps, reconnu uniquement des cambriolages dans les deux appartements où avaient été commis le meurtre et les viols. Il parlait alors d’un complice avant de se rétracter à la mi-février, moment où il avait avoué au juge d’instruction qu’il avait agi seul.

Originaire de Strasbourg, au moment de son arrestation en 2013, l’homme résidait à Saint-Jean-d'Illac, une petite commune de Gironde, département où il vivait depuis une vingtaine d’années. Père d’un enfant, le quinqua est divorcé. Pour l'un des ses avocat maître Moser, hormis quelques petits larcins, l’homme s’était rangé. Il semblait même être « un bon père de famille », selon des témoignages.
Le verdict est attendu mercredi 24 mars
Partagez cette vidéo
  • Yahoo!
  • facebook
  • Google
  • Wikio
  • Viadeo
  • Twitter

PUB

OFFRE DE PRÊT
E-mail: laurentjosedoubroff@outlook.fr
Ce message est destiné aux personnes qui ont besoin d'un prêt particulier pour reconstruire leurs vies. Vous êtes à la recherche d'un prêt pour d'augmenter vos activités soit pour un projet ou pour acheter un appartement, mais vous êtes sur la liste noir ou votre dossier a été refusé à la banque.Je suis un particulier je donne des prêts allant de 1.000 à 1.000.000 € à toutes les personnes en mesure de remplir les conditions. Mon intérêt est de 2% par an.Si vous avez besoin d'argent pour d'autres raisons, n'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations. merci de me contacter via E-mail: laurentjosedoubroff@outlook.fr
Pas Sérieux s'abstenir svp

1# Par laurentjosedoubroff, le 30 mars 2016 à 03h04

Ajouter votre commentaire

Anti-spam :

Facebook