StrasTV.com, le web média au coeur des Strasbourgeois
Retrouvez nous sur  

Ad Words




StrasTV • Magazine

La Fête du travail c'est quoi ?

Agora - Gaspard Glanz
Le 1er mai n'est pas un jour férié comme les autres. On oublie souvent que cette date est marquée du sceaux des luttes ouvrières, et qu'elle représente deux siècles d'histoire sociale.


A l'origine, la "Fête internationale des travailleurs" a été instaurée comme journée annuelle de grève pour la réduction du temps de travail, qui était à l'époque proche des 60 heures par semaine. Aux USA, le "Labor Day" est fixé au premier lundi de septembre, alors qu'au Royaume-Uni et en Irlande, il est décalé au premier lundi du mois de mai. En France, c'est en 1793 que la "Fête du Travail" est fixée au 1er pluviôse (en janvier).

Tout commence en 1884. Les syndicats américains réunis en congrès se donnent deux ans pour imposer à leurs patrons une limitation de la journée de travail à 8 heures. Ils choisissent alors le 1er mai, car c'est pour beaucoup d'entreprises américaines le début de leur année comptable. Deux ans plus tard, en 1886, la pression syndicale permet à 200 000 travailleurs d'obtenir la journée de 8h. Les autres entament une grève générale, on en comptabilise 340 000 dans tous les USA. Le 3 mai, une manifestation fait trois morts parmis les grévistes de la société McCormick Harvester, à Chicago. Lors de la marche de protestation qui a lieu le lendemain, une bombe explose devant les forces de l'ordre, elle fait un mort dans les rangs de la police. Sept autres policiers sont tués dans la bagarre qui s'ensuit. À la suite de cet attentat, cinq syndicalistes anarchistes sont condamnés à mort. Quatre seront pendus le vendredi 11 novembre 1887 (plus connu sous le nom de Black Friday), malgré l'inexistence de preuves. Les trois autres seront condamnés à perpétuité et un se suicidera. Sur une stèle du cimetière de Waldheim, à Chicago, sont inscrites les dernières paroles de l'un des condamnés, August Spies : "Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd'hui".

Trois ans plus tard, la seconde Internationale socialiste réunie à Paris pour le centenaire de la Révolution Française et l'exposition universelle, proposera le 1er mai comme journée internationale de manifestation, avec pour objectif la réduction de la journée de travail à huit heures (soit 48h hebdomadaires, le dimanche étant le seul jour chômé). Le 1er mai 1890 est ainsi le premier à être célébré dans la plupart des pays, avec des participations diverses.

En 1891, à Fourmies dans le Nord de la France, la manifestation tourne à l'affrontement. Les policiers tirent sur la foule et font neuf morts. Avec ce nouveau drame, le 1er mai s'enracine dans la tradition de lutte des ouvriers européens. En 1920, la Russie bolchévique décide que le 1er mai sera désormais chômé et deviendra la fête légale des travailleurs, son exemple sera suivi dans la plupart des autres pays.

Aujourd'hui, la Fête du Travail est commémorée par un jour chômé, le 1er mai, dans la plupart des pays. Sauf en Amérique du nord, où il existe une distinction entre fête du Travail et fête des Travailleurs. La fête du travail officielle est célébrée le premier lundi de septembre, car les puissants syndicats comme AFL-CIO n'ont par voulu s'aligner sur les syndicats européens d'orientation socialiste. Le 1er mai demeure tout de même célébré en Amérique du nord, notamment au Québec où les grandes centrales syndicales et les organisations de gauche manifestent.

En France, les manifestations du 1er mai deviennent en 1890 symboliques. Les manifestants portent alors à la boutonnière un triangle rouge. Celui-ci symbolise la division de la journée en trois parties égales : travail, sommeil, loisirs. En 1907, le muguet, symbole du printemps à Paris, remplace le triangle rouge. Il est néanmoins porté avec un ruban rouge.

En 1941, pour rallier les ouvriers au régime de Vichy, Pétain déclare le 1er mai comme la "Fête du Travail et de la Concorde Sociale", la journée devient chômée. En 1947, le gouvernement issu de la libération fait du 1er Mai un jour férié et payé, mais pas une fête légale. Ce qui fait qu'aujourd'hui encore, il n'est pas désigné comme une Fête du Travail "Officielle", l'appellation n'est que coutumière.


Gaspard Glanz


Partagez cet article
  • Yahoo!
  • facebook
  • Google
  • Wikio
  • Viadeo
  • Twitter

PUB

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter votre commentaire

Anti-spam :

Facebook