StrasTV.com, le web média au coeur des Strasbourgeois
Retrouvez nous sur  

Ad Words




StrasTV • Magazine

Sur la touche ?

Edito - Joseph Pasquier
Faut-il voir dans la décision de retrait de l’EURO 2016 autre chose qu’une gestion rigoureuse ? La fin de l’aventure aura t-elle d’autres conséquences ?

La ville de Strasbourg a choisi le creux médiatico-footballistique idéal, pour annoncer le retrait déjà entériné depuis fin juin après la lettre restée sans réponse, envoyée à l’Elysée. Dans celle-ci, la capitale alsacienne réclamait une aide équivalente à celle attribuée en 1994 aux communes, pour le financement des stades, ou leur rénovation, nécessaire à l’accueil de la compétition internationale de 1998 en France. La communauté urbaine proposait également que la FIFA reverse une partie des droits TV aux villes organisatrices. S’appuyant sur des normes qui faisaient la part belle aux installations télés, la ville attendait le partage des retombées financières de la FIFA (pour l’anecdote, le stade aurait du pivoter à 45 degrés pour que les rayons du soleil ne viennent pas gêner le réalisateur, ses cameramen, et de fait les téléspectateurs). Problème : la FIFA ne participe à aucun financement mais récolte pourtant le blé des droits TV, sans parler du FIFA village (vente d’objets promotionnels) qui doit pouvoir s’étendre autour des stades, quite à dévier le Krimmeri (petite rivière pittoresque qui longe la Meinau). Ces centres commerciaux publicitaires engraissent également le mammouth capitaliste du foot international. Les derniers fait avancés : la position actuelle du racing, sportivement et financièrement, place Strasbourg comme le vilain petit canard des villes candidates. Le club, déplumé de ses droits télé, oblige sa mairie à jouer les bailleurs sociaux et est incapable de participer à la rénovation du stade. Contrairement à Lyon, ici, impossible de demander de l’argent.

Les conséquences du retrait

Une situation perdue d’avance et qui pour le coup, pourrait rayer Strasbourg des cartes internationales pendants de longues années. Si en général la volonté de la mairie est de « faire briller Strasbourg » là, c’est raté. Imaginez la visibilité perdue pour une ville à l’est de l’Afrique du sud jamais citée pendant le mondial, alors qu’une ville un peu moins à l’Est avec un stade rénové, se retrouvera au centre du monde les jours de matches (Directs, reportage, 35 000 supporters, 2000 journalistes) et verra sa notoriété multipliée par le nombre de téléspectateurs scotchés devant leurs postes ou leurs ordinateurs aux quatre coins de la planète. Attention me direz-vous, le mondial n’est pas le championnat d’Europe, c’est vrai, mais pour l’Euro 2016, ce sera une première. Comme pour la World cup, 24 équipes prendront part à la compétition. Avec les stars engagées l’événement a des répercutions quasi identiques à celle de la Coupe du Monde.

Les élus sont les premiers à avoir conscience de cela. Alors la question n’est pas de savoir si la municipalité a pris la bonne décision, sans argent elle s’imposait, et celle-ci est prise à contre cœur. Les vraies questions sont les suivantes : Strasbourg garde t-elle son crédit européen pour les décideurs parisiens ? Ce sont eux qui ont laissé mourir le candidat Strasbourg au profit d’autres villes. Faut t-il y voir un signe ?
D’autre part, vis à vis de la FIFA: les villes hôtes profitent-elles réellement des retombées escomptées ? Comparables aux sacrifices financiers réalisés pour les beaux yeux de la FIFA ? Surtout pour une ville qui comme Strasbourg, serait censée accueillir uniquement les matches de poule.

Strasbourg : ville européenne

Symboliquement chouchoutée depuis les années 50, pour la première fois, Strasbourg, ville européenne, se voit abandonnée par Paris représenté par la Ligue et par l’Elysée. Pas d’exception, au nom de l’image européenne que la France voulait donner à Strasbourg, carrefour des civilisations et symbole de paix retrouvée entre la France et l’Allemagne. Un premier coup dur qui en annonce peut-être d’autres : Strasbourg est-elle en train de rentrer dans le rang des villes de province ?
Quelle sera la prochaine étape ? Au nom de la politique de rigueur européenne la France se prononcera t-elle pour modifier les traités… et centraliser le Parlement à Bruxelles ?

Nous n’en sommes pas là, mais ce triste scénario pour les amoureux de football strasbourgeois et pour l’économie locale en général, doit alerter sur une nouvelle donnée : Strasbourg paye cher son étiquette de ville socialiste qui n’hésite pas à s’opposer au service minimum et qui réclame des indemnités après les incidents de l’OTAN. Le pouvoir parisien pourrait bien commencer à nous tourner le dos.
Quant à la FIFA dont l’image de marque s’écorne de façon lente et progressive, n’a-t-elle pas franchi un nouveau stade en prenant les villes hôtes pour de vulgaires vaches à lait ?

Alors plutôt que de se quereller autour de cette décision, entre ceux qui pensent que la mairie aurait du coûte que coûte attirer l’Euro et ceux qui pensent que l’on vient d’éviter une augmentation des impôts, demandons nous plutôt si les politiques strasbourgeois sauront réagir pour créer et faire force de propositions afin d’organiser d’autres événements internationaux à Strasbourg.

Joseph Pasquier






Partagez cet article
  • Yahoo!
  • facebook
  • Google
  • Wikio
  • Viadeo
  • Twitter

PUB

Les raisons pour lesquelles la ville se retire, et que vous rappelez, étaient déjà connues et pointées du doigt par les détracteurs de sa candidature ! La municipalité a voulu le beurre et l'argent du beurre mais a oublié que la crémière-FIFA n'était pas prêteuse, résultat : on passe doublement pour des loosers... D'autre part, au quotidien, on a plus l'impression de vivre dans la capitale alsacienne qu'européenne, la ville (et la France) devraient moins se crisper sur le Parlement et promouvoir (par ex.) le COE et un statut de Strasbourg comme capitale européenne des droits de l'Homme. Tant que nous aurons des complexes de provinciaux, nous serons traités de manière condescendante...

1# Par tamtam, le 30 juil 2010 à 17h31

+1

2# Par Good, le 30 juil 2010 à 16h04

Très bon article, qui soulève de bonne questions.

3# Par Opium, le 30 juil 2010 à 13h23

Ajouter votre commentaire

Anti-spam :

Facebook