StrasTV.com, le web média au coeur des Strasbourgeois
Retrouvez nous sur  

Ad Words




StrasTV • Magazine

Comique U.S : la nouvelle génération

Underground - Cécile Becker

Le Saturday Night Live : un show comme les Américains savent le faire, une simili institution qui a lancé la carrière de plusieurs humoristes U.S, dont celle des trois potes comédiens déjantés The Lonely Island. Portrait.

The Lonely Island, c’est LA success story du moment, un groupe porté à bout de bras par Andy Samberg, Jorma Taccone et Akiva Schaffer, trois mecs sympas, un peu fous, élevés à la culture contemporaine : internet, hip-hop, et cinéma à l’appui. Si on les connait aujourd’hui, c’est surtout pour leurs courts-métrages les Digital Short diffusés lors du Saturday Night Live sur NBC (SNL pour les intimes : canapé, présentateur derrière un bureau, live impressionnant et humour corrosif, bref, un cocktail qui n'a malheureusement jamais fonctionné en France), et aussi pour leur album sorti tout droit de la planète mars : Incredibad. Bon, ça nous fait un peu penser à Fatal Bazooka (la bande à Michaël Youn) tout ça, mais soyons clair The Lonely Island, c’est tout autre chose. Ces nouveaux trublions de la télé américaine ont pourtant fait le tour de la toile avec leur vidéo virale sur fond de faux hip-hop, d'auto-dérision et de blagues foireuses. En début de semaine, leur nouveau clip « Boombox » en collaboration avec Julian Casablancas des Strokes a une nouvelle fois défrayé la chronique. Oui, car bien que drôles, jeunes et complètement déjantés, The Lonely Island ont dès leur début su s'entourer.

Ça commence comme toute histoire banale, deux-trois blagues au lycée, des improvisations entre copains et l'idée fait son bout de chemin : « Tiens, et si on devenait célèbre ». American dream aidant, les trois copains se retrouvent en 2001 et filment eux-mêmes leurs sketchs qu'ils proposent au site Channel 101, en quelques jours leurs vidéos sont sur-cliquées. Le producteur du SNL : Lorne Michaels se penche sur ces comiques, leur fait passer quelques essais et c'est en 2005 qu'ils font mourir de rire les Américains avec leur premier Digital Short Lazy Sunday, magnifiquement interprété par Andy Samberg et Chris Parnell (30 Rock). Une vidéo qui parle tout simplement d'acheter des cupcakes et de regarder Le monde de Narnia. Sympa. La vidéo devient un phénomène internet outre-Atlantique. C'est le début d'une longue série de sketchs débiloïdes agrémentés par des invités prestigieux. Justin Timberlake participe notamment à la chanson Dick in a Box à l'occasion de la diffusion d'un numéro du SNL consacré à Noël, plus tard on verra Natalie Portman en rappeuse énervée, une parodie mémorable de la série Newport Beach, mais surtout la chanson Cool guys don’t look at explosions, une fine analyse des scènes d’explosions dans le cinéma avec Will Ferrell en costume à paillettes et J.J Abrahms (scénariste et créateur de Lost) au synthé.

De ces collaborations naît en 2009  l’album : Incredibad, qui regroupe toutes les chansons produites par le trio. Une perle de rap U.S, un florilège de n'importe quoi, des clips hallucinants, pour un groupe élevé à la culture télévisuelle c'est assez rare. Il faut dire que l'album est très bien produit et musicalement crédible. Le producteur de rap underground J-Zone, T-Pain, E-40, ou encore Norah Jones ont participé au projet. Alors certes, c'est beaucoup mieux si on comprend l'anglais pour rire à gorge déployée, bien que parfois les images suffisent.

Pour preuve, le dernier clip avec Julian Casablancas, pas l'un des plus drôles mais plutôt bien fichu. Notons au passage, les plumes étranges accrochées aux cheveux du chanteur des Strokes :




Leur perle I'm on a Boat, dérision absolue de la culture hip-hop en duo avec T-Pain, vaut le détour autant musicalement, que visuellement. Un clip à base de dauphin, de tongs en plastique et de nœud pap.





Le plus beau. Là, par contre, c'est beaucoup plus drôle si vous avez quelques notions d'anglais. Le thème : nos chers compères ont du mal à se retenir lorsqu'ils tiennent une fille par la main, touchent une grappe de raisin ou sentent la brise fraîche sur leur visage.






Ces vidéos ont rapporté au trio plusieurs récompenses (3 Emmy Awards pour Dick in a Box, Jizz in my Pants et Like a Boss), et continuent de passionner le public américain.
 

Après si vous préférez toujours les parodies de Diam’s et Vitaa avec Pascal Obispo plutôt que celles de la bande à Samberg avec Will Ferrell ou Justin Timberlake, le dernier spectacle des Enfoirés vient de sortir en DVD.



Cécile Becker

 
Partagez cet article
  • Yahoo!
  • facebook
  • Google
  • Wikio
  • Viadeo
  • Twitter

PUB

Magnifique le Jizz in my pants!!!

1# Par meelas, le 17 mars 2010 à 14h28

Ajouter votre commentaire

Anti-spam :

Facebook