StrasTV.com, le web média au coeur des Strasbourgeois
Retrouvez nous sur  

Ad Words




StrasTV • Magazine

Entzheim met le cap sur la Turquie

Actu - Par Philippe Wendling
Dès le mois d’avril, la compagnie SunExpress proposera une liaison hebdomadaire entre l’aéroport de Strasbourg-Entzheim et la ville d’Izmir en Turquie (chaque mercredi, à partir de 85,99 euros). « Nous ne proposerons pas seulement des vols l’été, mais aussi l’hiver », vient d’annoncer Andreas Thams, le responsable développement de cette entreprise codirigée par la Lufthansa et Turkish Airlines. « Cette route est stratégique, car la France a la deuxième population turque hors Turquie, après l’Allemagne », s’enthousiasme Manuel Schürholz, en chargé du marketing et des ventes directes de SunExpress. Bien que pour l’heure rien ne soit officiellement dans les cartons, « si des tour-opérateurs sont d’accords pour travailler avec nous, pas de souci pour ouvrir aussi un vol entre Antalya et Strasbourg », poursuit-il.

Après Volotea, Vueling et RyanAir, SunExpress est la quatrième flotte à annoncer, en moins d’un an, son atterrissage à Entzheim. Un plus pour la plate-forme qui s’explique, notamment, par le fait que les collectivités locales ont mis la main à la poche, au printemps dernier, pour que les taxes aéroportuaires réclamées aux compagnies soient réduites d’environ cinq euros par voyageur. Résultat, alors qu’il chutait en raison du lancement du TGV-Est en 2007 et de la concurrence des aéroports frontaliers, notamment celui de Baden-Baden, le trafic passagers est à nouveau sur une courbe ascendante. En 2012, 1,16 million de personnes ont transité par Entzheim, contre 1,08 million l’année précédente.

« Depuis la baisse des taxes, nous enregistrons une hausse du trafic d’environ 15 % par mois », pointe Thomas Dubus, le directeur de l’aéroport de Strasbourg-Entzheim. Certes, mais le ciel de la plate-forme n’est pour autant pas totalement dégagé : Air France a décidé de remplacer, dès avril, son vol pour Paris / Charles-de-Gaulle par des navettes en train, mais aussi de supprimer une liaison hebdomadaire pour Orly. « Notre objectif est de continuer notre croissance malgré l’arrêt des vols pour Charles-de-Gaulle », commente Thomas Dubus, qui compte, entre autres, sur l’attractivité du hub d’Amsterdam accessible depuis Strasbourg. Du côté des élus alsaciens, de droite comme de gauche, des voix s’élèvent pour que la compagnie revienne sur ses plans. Problème, « la volonté politique ne suffit pas, poursuit Thomas Dubus, c’est avant tout Air France qui prend sa décision. » A suivre…

Photo Aeroport de Strasbourg
Partagez cet article
  • Yahoo!
  • facebook
  • Google
  • Wikio
  • Viadeo
  • Twitter

PUB

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter votre commentaire

Anti-spam :

Facebook