StrasTV.com, le web média au coeur des Strasbourgeois
Retrouvez nous sur  

Ad Words




StrasTV • Magazine

Le bonhomme 1pulsif ne veut plus déraper

Underground - Philippe Wendling
Il y a deux ans, l’un des clips du rappeur strasbourgeois était jugé « outrageant » par la police.

Casquette vissée sur la tête, chaîne en or. 1Pulsif nous attend au centre-ville. Précédé par sa réputation de bad boy, le rappeur strasbourgeois est accompagné d’amis des collectifs Les Sons d’la rue et Cartel 67. Direction un café. La discussion commence.

Il y a tout juste deux ans, le 20 octobre 2008, il défrayait la chronique avec le clip de sa chanson DAR, Dangereux, armés, redoutables. La vidéo mettait en scène l’enlèvement et le passage à tabac d’un homme déguisé en policier. Le jugeant « outrageant », l’Unsa-police avait saisi Michèle Alliot-Marie, alors ministre de l’Intérieur, et demandé des « poursuites judiciaires ». Le clip montrait aussi des femmes tenues en laisse. « Ce sont les filles qui me l’ont proposé, raconte l’1pulsif qui jusque-là n’était pas revenu sur la polémique. Je comprends que des gens aient été choqués, j’en suis désolé. Je respecte les femmes, j’ai une mère, je suis marié. » Et les forces de l’ordre ? « J’ai des amis dans la police, dit-il. C’était de la figuration, ce n’était pas un policier, mais un comédien. Mon clip n’était pas une incitation contre la police. C’était de la fiction. Dans le rap, on en fait tous beaucoup pour avoir le meilleur clip. »

Paradoxalement, s’il n’a pas été poursuivi par la justice, d’autres rappeurs lui en ont tenu rigueur. L’estimant « trop violent », certains refusent depuis de travailler avec lui. Une grande enseigne n’a pas voulu vendre son CD. « D’autres ont accepté. Et de mon côté, je l’ai livré chez les gens qui le voulaient, explique-t-il. La police et les médias m’ont fait une telle pub que mon disque s’est bien vendu, que je suis connu partout. Malgré le buzz, je ne referai plus ce que j’ai fait avec DAR, je ne recommencerai plus les mêmes erreurs. »

La discussion se poursuit. L’homme de 31 ans, de son vrai prénom Audrey, est aussi poli et posé que sa carrure est imposante. Rien à voir avec son " blaze ", l’1pulsif. « C’est une crème », lâche l’un de ses potes. « J’ai muri, dit-il. Mon impulsivité fut la cause de tous mes problèmes. Aujourd’hui, je dis aux jeunes de se contrôler, de canaliser leur colère, en faisant un sport noble comme la boxe. ça ne sert à rien de faire des conneries. » En ligne depuis peu, le 1er extrait de son prochain album, Le retour du bonhomme (sortie prévue en mars), est en effet bien plus calme. La vidéo est plus sage et travaillée. « J’ai des projets de courts métrages, précise 1pulsif. Je travaille aussi au lancement de ma marque de vêtements. » L’un de ses proches prévoit d’ouvrir prochainement une boutique au centre-ville pour distribuer ses t-shirts et survêtements.


Philippe Wendling 20 minutes Strasbourg


Le clip réalisé par Créablast Picture



1pulsif : l'interview par StrasTV.com

 


Partagez cet article
  • Yahoo!
  • facebook
  • Google
  • Wikio
  • Viadeo
  • Twitter

PUB

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter votre commentaire

Anti-spam :

Facebook