StrasTV.com, le web média au coeur des Strasbourgeois
Retrouvez nous sur  

Ad Words




StrasTV • Magazine

Menaces de fusillade : De nouvelles photos d’HommeMort

Philippe Wendling
 
Alors que l’auteur des menaces de fusillade dans un lycée reste introuvable, la police strasbourgeoise dispose, depuis le milieu de semaine, de nouvelles photos de lui extraites d’images de vidéosurveillance. Comme sur de précédents clichés, HommeMort, son pseudo, est porteur d’une capuche, ce qui complique son identification, y compris par les logiciels de reconnaissance faciale utilisés depuis une semaine par les forces de l’ordre. 

Une surveillance maintenue

Afin de disposer de plus de moyens d’enquête, le parquet de Strasbourg a ouvert, mardi, "l'ouverture d'une information judiciaire contre X du chef de fausse information dans le but de faire croire que des homicides volontaires vont être commis ". Depuis, l’hypothèse d’un canular semble privilégier. Pour autant, interrogé jeudi par le sénateur (UMP) André Reichardt, le ministre de l’Intérieur a indiqué que le dispositif de surveillance devant les lycées du Bas-Rhin sera maintenu « le temps qu’il vaudra ». Manuel Valls d’ajouter : « Les menaces de Strasbourg doivent être prises au sérieux, leur auteur doit être identifié et, qu’il s’agisse ou non d’un canular, il doit être sanctionné. » En vertu de l’article 322-14 du code pénal, il risque à l’heure actuelle de deux ans de prison et 30 000 euros d’amende.

Rappel des faits

Signalé par un Internaute aux autorités le 14 mai, soit le jour de sa publication sur le net, le message d’HommeMort est clair : « J’habite dans une certaine ville, où se trouve un certain lycée, et vendredi je laisse ma trace dans l’histoire. La vie de beaucoup de gens, dont la mienne, finira ce jour-là. » L’homme raconte qu’il est sans-emploi, qu’il ne fait pas d’études et n’a « pas d’expérience avec les filles »… Comme « beaucoup » de jeunes à la différence que lui en a « marre ». Pour mettre à exécution ses menaces de tuerie, il précise : «Mon oncle a un permis de chasse, j’en ai profité pour lui emprunter son semi-automatique. Je sais comment l’utiliser et je l’utiliserai croyez-moi… Vous allez assister au dernier chapitre de ma vie… »

L’individu écrit qu’il compte passer à l’action « vendredi » car il a encore « besoin de quelques préparations » et qu’il veut « laisser une chance à la police » de l’arrêter avant. Il ne précise pas, en revanche, de quel vendredi il parle, ni dans quel lycée il compte mettre son plan à exécution. De la bouche même d’un policier, rien ne permet de dire que ces menaces concernent bien le Bas-Rhin. Si cette piste est privilégiée, c’est uniquement parce que le message a été posté depuis un cybercafé strasbourgeois.

Philippe Wendling
Partagez cet article
  • Yahoo!
  • facebook
  • Google
  • Wikio
  • Viadeo
  • Twitter

PUB

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter votre commentaire

Anti-spam :

Facebook